• Air Tacos

CHEZ SOI PARTOUT (et nulle part) !

Mis à jour : mai 2


On en parle tant des merveilles du voyage. Mais très peu du choc culturel que vivent beaucoup d'expatriés qui reviennent chez eux, presque comme des étrangers.

Cet article est né d'une discussion avec une amie qui a quitté son pays d'expatriation pour revenir « chez elle » en France. Mais alors que des yeux émerveillés se posent sur celle qui a vécu à l'autre bout du monde, elle, est complètement perdue.

Qui sont ces amis qui ont tant changé ? Ces odeurs ? Ces façons de parler ? Ces quartiers qui ne sont plus vraiment les mêmes ?

« Je suis partie de là-bas car je n'étais pas chez moi. Et je me retrouve étrangère ici. Je ne sais plus où c'est chez moi... » Elle ne s'y attendait pas. C'est une claque inattendue qui frappe bon nombre de voyageurs de retour dans leur pays. Mon amie est déjà en train de reprogrammer son prochain départ, comme beaucoup d'autres, à la quête d'un ailleurs, d'une nouvelle aventure ou d'un autre chez soi.

LES DIFFICULTÉS DU RETOUR


Se réadapter à sa propre culture. Le concept paraît bizarre non?

Et pourtant ami(e) voyageur(euse) c'est ce que tu vis. Il faut prendre en compte que la personne que tu étais avant, n'est plus celle que tu es maintenant. Tu as vécu autrement et tu as forcément changé.

Quand tu quittes ton chez toi pour un autre pays, tu acceptes l'idée que tu es un étranger. Mais petit à petit, tu t'adaptes, tu intègres cet ailleurs. Ce nouveau mode de vie devient ton quotidien, ta normalité, et sans le savoir tu deviens quelqu'un d'autre.

Au moment du retour, tu crois peut-être rentrer chez toi comme celui ou celle que tu étais avant de partir. Et sans vraiment comprendre, tu ne te sens pas à ta place dans cet environnement censé t'être familier.

À cela s'ajoute le fait que retour rime souvent avec être logé, par des amis ou la famille. Si certains y voient une chance, il se peut que toi tu le vives comme une régression dans ton indépendance.

Le peu d'affaires personnelles que tu as, dû aux contraintes de voyage, fait qu'il est difficile de recréer ton cocon. Les démarches administratives qui sont différentes d'un pays à l'autre, poussent ta patience à bout. La recherche d'un nouveau boulot te mets parfois face à des préjugés sur ton « expérience cocotiers » etc.

Sans parler des proches qui ne comprennent pas ton mal-être et essayent de te pousser à faire tout un tas de choses. Sauf que toi, là tout de suite tu n'as pas envie.

Ça secoue tout ça. Tu luttes pour ta légitimité à faire partie de cet endroit qui est le tien, et pourtant tu te sens coincé(e) dans ce pseudo chez toi.

Mais rassure-toi... Ce mal-être est passager ! Tout comme partir à l'étranger, revenir signifie (re)construire, (re)découvrir, (re)trouver ta place.

Je l'ai moi-même vécu il y a longtemps. Au point d'en vouloir bêtement à ce pays d'origine, de faire du prochain départ une obsession et de saouler mes amis avec cet ailleurs tellement mieux.

QUELQUES CONSEILS POUR MIEUX VIVRE CE RETOUR

- Ne t'attends pas à revenir chez toi comme si de rien n'était, à reprendre ta vie d'avant avec juste des jolies photos en plus. Non, tu n'es plus la/le même.

- Anticipe les démarches administratives. On a la chance de pouvoir entamer les choses par mail, autant en profiter pour ne pas être pris dans un flou administratif et angoissant à l'arrivée.

- Avant le départ, fais le point sur ce que tu veux professionnellement et commence à te projeter.

- Associe ce qui t'avait manqué de ton pays d'origine avec ce que tu veux garder de cet ailleurs. C'est un peu ça le nouveau toi.

- Prends ton temps. Ne t'attends pas à ce que tout ton entourage comprenne ce qui se passe dans ta tête. C'est déjà flou pour toi. Ce qui compte c'est de t'accorder ce temps d'adaptation. Oui ça va être difficile au début mais comme tout nouveau challenge, il faut t'accorder le temps d'y arriver.

- Reviens comme si tu venais pour la première fois. de (re)découvrir des lieux qu'ils te soient familiers ou non.

- Rassure ton âme de voyageur(euse) en programmant des petits voyages près de ta ville où à travers les pays voisins.

- Ne reste pas seul à déprimer dans ton coin. Du moins pas trop longtemps. Il y a certainement des gens qui connaissent bien cette sensation désagréable mais qui ne l'avouent pas forcément. N'ai pas honte, parles-en avec eux.

- Sois cet autre que les autres regardent curieux, septiques ou émerveillés. Tu n'es plus le même. Fais de ce/ces voyage(s) ta force et ton petit plus.

- Et si malgré le temps qui passe, c'est trop difficile... tu peux toujours ressortir ta valise.


Merci pour votre lecture ! N'hésitez pas à commenter, à raconter votre vécu, à partager et à lire nos autres articles.

A bientôt!

357 vues
  • Pinterest - White Circle
  • White Instagram Icon

@air.tacos

© 2019 par ANGSAR Alexandre. Créé avec Wix.com

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now