• Air Tacos

POURQUOI LE TRAC ?

Mis à jour : févr. 7


Cet article n'est pas un ensemble d'outils pour vaincre le trac, il y en a déjà tellement sur internet que j'ai préféré chercher à comprendre pourquoi on le ressent, pour pouvoir le relativiser.



À QUOI SERT LE TRAC?

C'est grâce au podcast "ÉMOTIONS" par Louie Média, que j'ai pu VRAIMENT comprendre le trac. C'est une façon pour notre cerveau d'expérimenter de manière imaginaire une situation. Il permet d'anticiper un danger, mais qui n’est pas réel à ce moment là! Pourtant parfois, l'intensité du trac est telle qu'on croirait faire face à un risque réel et vital. Et même si on sait que c'est disproportionné, ça nous dépasse. Et hop on se tourne du côté de l’instinct: la survie est assurée par le groupe.

Perdre l’approbation des autres = abandon = fin.

Ce trac, c'est l'appréhension du jugement des autres et ça commence dès le plus jeune âge. Si pour beaucoup d'entre nous l'expérience du tableau d'école reste un souvenir désagréable, bizarrement dans d'autres pays on se bat presque pour être écouté des autres.


CULTUREL

Faisons un petit voyage dans le temps, aux tous débuts de l 'école en France. A cette époque, les instituteurs sont des religieux et les cours suivent la même dynamique qu'une messe. Vous voyez de quoi il s'agit, une personne dont la parole est jugée « de valeur » parle et les autres écoutent. À aucun moment pas question de débat ou de discussion. Le droit à la parole est contrôlé par celui qui parle.

Plus tard, les enfants quelques soient leurs origines sont obligés de parler français! Tous les patois sont interdit. Ceux qui ne connaissent que leur langue sont contraints de se taire au risque d'être sanctionnés. En gros leur parole doit être conforme à une certaine attente. On imagine alors l'ambiance sous tension..

Dans le podcast référence, la journaliste démontre que dans notre système d'aujourd'hui, il est toujours impoli de dire ou faire une erreur. L'exemple d'un étranger qui utilise le mauvais mot ou le mauvais accent... les autres vont le reprendre, amusés, surpris voire choqués par l'erreur. Quand on y réfléchit, ce n'est pas normal d'être choqué par l'erreur...

Notre histoire a fait de l'erreur quelque chose de honteux, à pointer du doigt.

D'ailleurs vous l'avez peut-être remarqué, on relève plus souvent ce qui est mal, plutôt que ce qui est bien. Conséquence, on est tout le temps stressé à l'idée de mal faire. Même une erreur insignifiante. On est habitué à devoir faire preuve d'efficacité immédiate au risque de se sentir jugé. Et souvent, les autres n'ont même pas besoin de le faire qu'on est déjà en train de s'anéantir nous-même dans notre tête.


RELATIVISER

Le trac est une projection. Une hypothèse : « Je suis sûre qu'ils vont penser ça... ».

Mais quelque soit le nombre de possibilités que vous IMAGINEZ, vous ne savez pas comment ça va se passer. Et vous n'aurez pas la réponse tant que vous ne vivrez pas à ce moment précis. J'ai découvert il y a peu que Jacques Brel a arrêté la scène à cause du trac. Son stress lui faisait appréhender le regard d'un public pourtant fan de son talent. C'est fou... et c'est dommage non ?

On parle des attentes des autres, de la peur de les décevoir. Mais notre attente à nous ? Est-ce qu'on n’a pas plutôt peur de ne pas être à la hauteur de NOS exigences ?

On est notre pire juge. Beaucoup moins tolérant avec soi-même qu'avec les autres.


Merci pour votre lecture ! J'espère qu'elle vous aura apporté des éléments qui vous aideront à vous sentir mieux. N'hésitez pas à commenter, à me donner votre avis, à partager et à consulter les liens ci-dessous.

A bientôt!




Lien que je vous recommande:

Podcast

Louie Média " Emotions "

https://louiemedia.com/emotions/2019/1/4/ep1-le-trac


  • Pinterest - White Circle
  • White Instagram Icon

@air.tacos

© 2019 par ANGSAR Alexandre. Créé avec Wix.com

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now